été

     C’est maintenant un fait avéré: malgré nos 37 ans de mariage, quand LHommàmoi pense blanc, je pense noir et quand il pense noir, ben moi, je pense blanc!!! C'est un vrai défi que d'arriver à nous mettre d'accord. Le simple choix d'un objet décoratif  peu parfois prendre des semaines pour ne pas dire des mois! De ce fait, nous changeons très très rarement nos meubles. Notre canapé par exemple...

le canapé

... Ben il date de Mathusalem et il serait largement temps de le changer. Je ne supporte plus d'avoir à replacer la couverture qui le recouvre et les coussins ne tenant plus en place, celui qui s'y assoie à de fortes chances de se retrouver le derrière par terre. Ce n'est pourtant pas faute d'en chercher un neuf hein, je vous en parlais déjà en avril 2007: ICI... Mais rien à faire, pas moyen de nous mettre d'accord sur un modèle… 
… La semaine dernière décision est prise: nous ne pouvons continuer ainsi et nous allons le trouver ce canapé!
   Nous voici donc arrivés au Magasinquivenddesmeubles. et là victoire!  Nous flashons tous les deux sur le même modèle, celui-là même que j'avais repéré au mois de Janvier...

le canapé2

  Tout nous convient: la couleur, la taille, la forme, le prix et, pour une fois, LHommàmoi le trouve suffisamment confortable pour sa p'tit'sieste. C'est soulagés que nous nous approchons du comptoir dans le but de commander l'objet de nos rêves…
… Et là, ben il ne faut pas plus de 5 minutes et une toute petite phrase assassine pour que la charmante vendeuse réduise à néant tous nos efforts de conciliation:
"Je suis vraiment désolée, messieurs dame, mais, si nous faisons toujours ce canapé, nous ne faisons plus ce revêtement: il vous faut donc en choisir un autre!!"...

1 (2)

        Et ben vous savez quoi? Je crois que nous ne sommes pas près de l'avoir notre nouveau canapé, car nous avons eu beau passer 2 heures dans le magasin, nous n'avons pas réussi à nous mettre d'accord sur une nouvelle couleur. Nous voilà donc repartis pour plusieurs années de recherche!!

 

1 (90)

 

 

 

 

 

Un p’tit’coucou au charmant jeune homme en caleçon moulant à qui, hier matin, j’ai ouvert la porte de son bâtiment: il s’était laissé enfermer dehors en allant ouvrir le portail à sa copine

1 (106)